Automatisation du métier indemnisation, les experts sont formels la terre est plate…

 

Lors des derniers comités d’établissement, la direction estime que la baisse de charge sur l’activité indemnisation représente 34 % si on compare le 4° trimestre 2015 et le 2° trimestre 2017.

En novembre 2016, le réseau comptait 953 agents indemnisation et fin décembre 2017, selon la cible de la direction, il devrait en rester 643 (cet objectif semble repoussé à juin 2018).

 

Le calendrier budgétaire de la liquidation de l’activité GDD, la nécessité de dégager des agents pour pallier les départs des CAE, la mise en place d’agents supplémentaires dédiés au contrôle, la réduction des CDD, les suppressions de poste pour les 4 ans sont les priorités absolues, au détriment de nos conditions de travail et de la fiabilité du service en termes d’indemnisation à rendre aux demandeurs.

 

Sur beaucoup de sites les agents sont en difficulté, submergés par la charge et déstabilisés par une logique qui ne correspond plus à leur métier.
D’autant plus que cette « baisse » est une baisse conjoncturelle, le nombre de Dal ayant chuté de 19 %. Elle ne résulte donc pas de la réorganisation autour du traitement numérique des dossiers. Imaginons que le flux de DAL reprenne notamment avec la flexibilité de la loi travail ! ! !

Nous demandons que les études de charge ne se basent pas sur la DAL mais sur la gestion globale du compte et tout le champ indemnisation. En effet les traitements GED, les pièces complémentaires… toute cette charge de travail est à ce jour invisible. Aucune donnée sur la DEFM et les compétences réelles par site !

La CGT Pôle emploi Occitanie conteste le calcul de charge fourni par la direction. La situation difficile constatée sur les sites correspond plus à un transfert de charge qu’à une baisse. Le travail s’est simplement déplacé.
Résultat : des agents se retrouvent à saisir des BS à la chaîne ou démêlent des GED saturées. Certains agents double compétence, pourtant déjà transférés sur le placement, continuent à liquider des dossiers et à traiter des pièces.

La charge se reporte sur les agents placement ou sur les agents des pôle appui gestion qui se voient confier des tâches relevant des GDD : saisie de BS, gestion de la GED…

Mail.net, 3949 appels sortants explosent

La direction ne veut pas voir qu’une attestation employeur à reprendre ou toute information à intégrer, entraîne souvent une étude complète du dossier et non une simple saisie.
Aujourd’hui 29 % des DAL sont automatisées mais près de la moitié des dossiers sont des rejets/reprises.

Le traitement sous traités des dossiers et l’automatisation génère erreurs, désorganisations et pertes d’informations.

Une partie des dysfonctionnements attribués à TESSI seraient une conséquence de ce que les agents indemnisation saisissent trop vite les informations, ce qui provoque un conflit lorsque TESSI renseigne numériquement les dossiers, déjà complétés par Pôle Emploi ! ! ! ! Nous travaillons trop bien !

  Ainsi, selon la direction

 

Volume de Dal liquidées automatiquement

T4 2015

0

 

T2 2017

52693
29 % des Dal

Volume d’AE externalisées

17295

128660

Volume EID (2015) / EID (2017)

10903

3213

Flux ARC Indemnisation

86211

56232

Flux 3949 file indemnisation

92336

99929

Flux Mail.net indemnisation

58019

128569

Volume d’appels sortants (Proactivité)

6265

59802

Volume rdv sur plages GDC

2423

 2013

 

C’est à partir de ces chiffres que la direction constate une baisse de charge de 34 %. L’explosion du traitement à distance (mail.net, appels sortants) mobilise les agents alors même que le flux de DAL hors rejet/reprise à étudier a faiblement diminué et qu’il faut assumer la mise en place de la NCAC et les confusions de TESSI ! La baisse des ARC se répercute en traitement sous tension à l’accueil, par une réception du Manac ou dans des entretiens impromptus faute de mieux !

La CGT Pôle Emploi Occitanie demande une remise à plat et un arrêt du calendrier de mise en œuvre de l’automatisation de l’indemnisation. Se joignant à toutes les autres OS, elle exige dans le cadre du CHSCT l’ensemble de données chiffrées permettant une véritable analyse de la situation.

Une commission va se mettre en place au sein du Comité d’établissement afin de suivre le processus et espérer avoir enfin les données nécessaires. Cependant nous œuvrons toujours pour obtenir une expertise externe afin de disposer d’un éclairage fiable sur le processus de liquidation de l’activité GDD, la situation professionnelle des agents, les conditions de travail et les éventuels gains de productivité.

Version imprimable

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *