Classification des agents publics – deuxième séance

 

Partie de poker menteur à la DG

Le 1er février a eu lieu la deuxième séance de concertation sur la future classification des agents de droit public de Pôle emploi avec les organisations syndicales représentatives dans l’établissement.

Dès les premières minutes, l’ambiance s’est tendue à cause de la remise de documents par les représentants de la direction générale à l’ouverture de cette séance. Ces derniers ont fait valoir qu’ils avaient reçu trop tard certains éléments leur permettant de constituer ces documents. Ce coup de bluff n’a abusé personne. Toutes les organisations syndicales se sont élevées contre cette manœuvre qui ne permettait pas de préparer sérieusement les débats du jour.

D’emblée la CGT a fait valoir qu’une fois de plus les grilles indiciaires relatives au projet étaient absentes et que cela ne nous mettait pas en situation de donner un avis précis sur le projet. La direction a persévéré disant qu’elle souhaitait discuter de la classification avant toute autre chose. Nous avons fortement insisté pour que la DG nous donne ces éléments en lui demandant de jouer cartes sur table. Finalement quelques indications nous ont été données oralement ce qui nous a tout de même permis d’avancer.

La CGT continue de penser à l’inverse de la DG, qu’il est impossible d’intégrer dans le même corps des agents de catégorie B (niveau II) et de catégorie A (niveau III).

De la même manière la direction cache son jeu quant aux modes de passage d’un grade à l’autre, sachant que nous refuserons de toute manière toute forme d’évaluation managériale.

Toutefois, il semble se dessiner que la DG serait favorable à une promotion automatique des actuels agents de niveau I dans la catégorie 2 / grade 1 (actuel niveau II). De même, l’ouverture d’épreuves internes sur titre pour l’accès à l’emploi de psychologue du travail est d’ores et déjà actée (mais nécessite une modification du décret de 2003). Suite à nos propositions, la DG serait également d’accord pour que les quotas « d’avancement de grade » n’obèrent pas les quotas de « promotion de corps » (épreuves internes de sélection). Si ces points nous semblent intéressants, il n’est pourtant pas question pour la CGT d’accepter le projet dans sa globalité sans le connaitre dans ses moindres détails.

La direction doit montrer son jeu et ne pas garder de cartes dans sa manche :

La CGT n’acceptera qu’une classification de haut niveau pour les agents de droit public ! 


La prochaine réunion aura lieu le 7 mars.

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *